Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2011

La rue Bressigny

La première rue que j’évoquerai ne sera pas  une de ces fières rues du centre, la rue d’Alsace  ou le boulevard du Maréchal Foch. Ni non plus une de ces jolies rue bordées d’hôtels particuliers, le rue David d’Angers ou la rue Chevreuil. Non, j’ai choisi la rue Bressigny  car c’est une rue qui m’a été bien utile quand je suis arrivé. On y trouve de bons commerçants  traditionnels, des gens du coin, de vrais professionnels, qui vendent de bons produits sans la ramener.  Quand on arrive, il y a là de quoi survivre et même bien vivre,  sans avoir besoin d’aller tout de suite dans les hypermarchés de la périphérie : des boulangers, un bon charcutier, une supérette. Il y a un cordonnier sympa, plutôt bavard et qui a l’air de connaître tout le monde, on s’en aperçoit le temps qu’il vous fasse votre double de clé.

Pas de magasin d’habits ou presque ; cela nous change des rues du Centre ! Bien sûr la modernité est passée par là, la restauration consiste essentiellement en  échoppes de pizzas, pâtes, kebab, sushi …, un magasin de pircing, un autre de photocopies, mais bon, le client est roi.   Il  y a aussi, plus original, un marchand de timbres. Cela se collectionne donc encore les timbres,  la preuve en est qu’il y  a toujours du monde dans ce magasin, de vieux passionnés  penchés sur leurs précieuses vignettes.

angers,rue bressigny,commerçants

C’est une rue étroite,  les maisons seraient plutôt stylées  si on les regardait au niveau de leur premier étage, mais tout se  passe au rez-de-chaussée dans les lumière s et les couleurs des vitrines, sur les trottoirs encombrés de chalands, dans les effluves du pain chaud ou des brochettes de viande.  Pour compléter  la gamme des sens, les commerçants  sont même allés en ces temps de Noël, un peu trop loin à mon goût  en diffusant de la musique dans la rue, en particulier un « Douce Nuit,  Sainte Nuit » très  sirupeux.

L’ hôtel  où se sont installés les Beaux-Arts, très beau au demeurant ,  surprend un peu dans la perspective et constitue la limite de la partie vraiment commerçante  mais j’aime beaucoup le petit Parc d’Ollone qui derrière,  permet de s’assoir  5 minutes et de se reposer du tournis de la ville.

Un petit bouquiniste très sympa maintient un peu d’activité au-delà des Beaux-Arts avec une jolie vitrine de vieux livres et un intérieur tout encombré. Il y a un petit panneau à côté de la porte du magasin tout rose,  avec une belle démonstration de phonétique multilingue en lettres peintes, une pierre de Rosette de la bouquinerie :  « Livres d'occasion, Segond hand books, Libres de Segundo Mano ».   

A l’angle de la  rue Desjardins, mon œil a été attiré  par  une petite plaque en Néerlandais, et au format des plaques de rue des Pays-Bas, comme si l’on avait rebaptisé la rue en Batave : « Kleverparkweg ».  Je suis allé chercher sur Internet où pouvait se trouver cette rue,   car je ne me rappelle pas cela ni à Rotterdam, ni  Amsterdam.  J’ai trouvé un  Kleverparkweg à Haarlem, mais dans la vieille ville, un peu au-delà de la ceinture des canaux, une rue sans caractéristique particulière.  Quel est le rapport avec la rue de Bressigny ? Mystère.   

Quoiqu’il en soit, voilà,  j’ai rendu hommage à cette rue, qui m’a accueilli à Angers d’une manière sympathique. Au cours des siècles, elle a dû accueillir beaucoup d’autres  nouveaux arrivants  venant de l’est, qui s’arrêtaient là, se reposaient et se préparaient à  faire leur entrée en ville en passant   la porte Saint-Julien (j’imagine qu’il y avait une porte Saint-Julien, non ?). La rue Bressigny, c’est l’équivalent Angevin de la rue du Faubourg Saint-Antoine de Paris ! 

Commentaires

J'ai maintenant l'explication de la plaque de rue: Kleverparkweg est bien le nom d'une rue de Haarlem, ville des Pays-Bas jumelée avec Angers.C'est aussi une rue commerçante et les il y a du y avoir dans le passé aussi un jumelage des 2 rues...

Écrit par : Philippe - nouvel angevin | 05/06/2012

Bravo Philippe pour ce blog très réussi de l'ange qui vint, qui vit et qui vainquit. Je pense que tu devrais te lancer dans la production littéraire, tu as un tel talent d'écriture!... et nous faire partager tes coups de coeur et tes coups de gueule en matière culturelle. Cela m'aiderait beaucoup, moi, l'éternel expatrié qui lit avec admiration les premiers pas d'un ancien congénère, de retour dans le giron de la mère patrie. Peut être l'idée d'un autre blog qui décrirait tes découvertes à la bibliothèque d'Angers?

Écrit par : Nicolas | 08/06/2012

c'est la rue Bressigny 2000
cette rue ou j'ai habité il y a longtemps

j'étais entre la rue Desjardins et la rue St Joseph

en face ily avait un bureau de tabac une cremerie une quincaillerie
un agent faisait la circulation au croisement DESJARDINS

des marchands ambulants sillonnaient la rue

un petit village tout le monde connaissait tout le monde

j'y repasse toujours avec émotion

Écrit par : lemenager | 13/05/2014

Les commentaires sont fermés.