Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2012

Angers à vélo

Je viens des Pays-Bas où comme chacun sait le cycliste est roi : il y des pistes cyclables partout  et bien séparées,  et  la  grande méfiance des automobilistes envers les flots de cyclistes contribue à une  sécurité accrue. J’en ai bien  profité : il n’y a rien de plus détendant pour une transition après le travail que de rentrer à la maison à vélo. Ne pas prendre sa voiture, cela veut dire que l’on évite le  stress des encombrements  mais aussi que l’on profite  bien mieux de la vie du quartier, des vues sur la ville, du temps qu’il fait. Alors, oui bien sûr,  arrivant à Angers,  je suis un client difficile sur ce point-là!

Mais ce n’est pas si mal, d’ailleurs il y a beaucoup de cyclistes Angers. Voilà quelques observations qui résument mes vues sur le vélo à Angers.

-         Bon, c'est vrai, par rapport aux Pays-Bas, il y a peu de vrais pistes cyclables en site propre, presque pas en Centre Ville.

 

-         On nous fait partager plutôt la chaussée avec d’autres. Avec les bus, cela marche plutôt bien (par exemple boulevard  Foch) contrairement à ce que je craignais au début. J’ai l’impression que dans le dessin des nouvelles voies de bus réalisées au moment du Tram, on a intégré la largeur du vélo, et les conducteurs de bus font bien attention à nous.

 

-         Partager avec les piétons, cela  ne marche pas bien  (rue du Haras, Pont Basse Chaîne). On leur fait trop peur, même en utilisant la sonnette…

 

-          Mais le pire ce sont  les rues où l’on a marqué sur la chaussée des voitures une vague zone pour les vélos sans avoir réservé plus d’espace (par exemple sur le Pont Haute Chaîne). Cela ne sert à rien on a très peur dès qu'il y a un peu de trafic.

 

-          Quand on arrive et dans beaucoup d'endroits on peut bien accrocher son vélo, il y a suffisamment de barres prévues pour fixer son antivol. Rien à dire.

 

-          Il y a un système de vélo en prêt qui semble bien marcher, les étudiants en ont l’air d’être de grands utilisateurs. Cela n'existe même aux Pays-Bas (sauf pour certains qui considérent qu'on peut  "emprunter" n'importe quel vélo)

Le résumé de tout cela c’est qu’on est  sur la bonne voie, mais qu’il y a encore un certain  chemin à faire, normal mes Hollandais font cela depuis des décennies et intègrent les pistes cyclables dans leur urbanisme. Lorsque l’on verra des mamans qui emmènent leurs enfants à l’école à vélo, comme on en voit partout en Hollande,  on aura vraiment  atteint un niveau de confiance suffisant! Et on aura alors moins d’autos en ville et moins de CO2…

 

 

 

Les commentaires sont fermés.