Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2012

Le bas du pavé

3 rues partent en éventail de la place Molière formant un triangle en bord de Maine, tout proche mais  un peu à part du reste du centre d’Angers : la rue Thiers, la rue Maillé et la rue Boisnet me semblent constituer le bas du pavé...  J’imagine que ces zones-là étaient inondables et sont longtemps restées des quartiers ouvriers. On voit des bâtiments qui devaient être d’anciennes  usines, des garages, de pauvres maisons de rapport.  Il en résulte un quartier tout mélangé qui sans doute va évoluer rapidement : sa situation est trop belle pour ne pas attirer des promoteurs.

La rue Thiers a déjà basculé, bordée d’un côté par une banque, de l’autre par un parking et plus loin des immeubles modernes, le tram y passe qui va desservir les nouveaux quartiers Saint-Serge. Il n’y a déjà plus dans cette rue grand caractère.  C'est une voie de passage où l'on ne s'arrête pas.

La rue Boisnet est presque bourgeoise dans son début, les immeubles  sont hausmaniens, il y a des arbres encore un peu maigrelets formant boulevard. Mais cela change en avançant et on sent un passé différent : les immeubles sont plus disparates, les alignements moins parfaits. Et au bout  on tombe sur 2 bars du style de ceux de Dodo la Saumure; une affiche indique sur l'un que l’on y recrute des hôtesses…  Voilà donc semble t'il le (modeste) quartier chaud d'Angers...  

La rue Maillé entre les deux est la plus préservée dans le style de son passé ouvrier. Il y a un côté triste  dans certains bâtiments trop pauvres et insalubres que l’on devra,  c’est sûr,  détruire.  Mais au milieu de la rue au numéro 21, il  y a un drôle d’endroit: la librairie associative Les Nuits Bleues qui vend des bouquins anarchistes, libertaires ou altermondialistes. Elle est  associée à un réparateur de vélos, le tout faisant également  salon de thé !!

rue maillé,rue thiers,rue boisnet,les nuits bleues

Cet endroit est  très cool et l'accueil sympa,  même quand on n’est pas révolutionnaire! Il me semble qu’il n’y a pas trop d’endroits de ce style à Angers (il y en a beaucoup aux Pays-Bas, les Néerlandais adorent  ça, ils ont souvent conservé la nostalgie de leurs rêves étudiants et y retournent volontiers avec un petit joint le week-end).

Alors j’espère que l’on arrivera à garder un peu du style de ce quartier dont cette librairie est le symbole. Tout le monde n'habite pas dans des hotels particuliers...  un peu de modestie dans le centre est nécessaire aussi.

 

Les commentaires sont fermés.