Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2012

Les légendes de l'Etang Saint-Nicolas

C’est une platitude vous me direz, mais quelque chose qui me manquait aux Pays-Bas c’est le relief ! Oh, on ne peut pas dire que la vallée de la Loire soit des plus montueuses mais même des reliefs comme ceux du tour de l’Etang Saint-Nicolas me font plaisir ici.

Car cette promenade si proche de la ville, on est à quelques centaines de mètres de la Doutre,   a un petit côté sauvage.  Les végétations sur le sol primaire ont par endroit un aspect de lande bretonne. Les eaux noires, la roche apparente, les abrupts  formeraient bien un cadre pour se raconter des histoires de la fée Mélusine et de l’enchanteur Merlin … 

Sans vouloir vexer les Néerlandais ,  il n’y a pas au Pays-Bas ces fonds de légende que nous avons en France. Je suis presque sûr que c’est  parce qu’il n’y a pas de lieux de mystère propices à cela. Alors  leurs histoires sont désespérément réalistes. La seule connue, celle du petit garçon qui sauva son village en bloquant la fuite dans la digue en y mettant son doigt,  a été inventée par une américaine de passage !

Je sais bien que  cet étang Saint-Nicolas n’est pas naturel mais résulte de carrières anciennes. Merlin n’y retrouverait pas son chemin… Mais c’est drôlement bien fait et cette coulée verte et noire jusqu’au cœur ou presque de la ville est une grande richesse pour les promeneurs, les joggers ... et les rêveurs. J’aime  aussi le bout de l’étang, là ou cela devient plus marécageux. On y voit la petite vallée du Brionneau qui part dans un cadre très champêtre.

etang saint-nicolas,légendes,japon

Pour illustrer ma promenade, j’ai fait une photo d’un arbre en fleurs sur fond de ce ciel bleu du printemps déjà là. Je l'ai prise  sur le bord de l'étang côté avenue Marius Briand. Cet arbre m'a  fait penser à une peinture japonaise.  En souvenir du premier anniversaire du tremblement de terre et de ses dramatiques conséquence.

Les commentaires sont fermés.