Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2012

Le guerrier Masaï

Quand on sort de la gare en arrivant à Angers on trouve un  guerrier Masaï avec sa lance et son bouclier à côté des rails du tram. Cela surprend les visiteurs : est-ce là la douceur Angevine… ?

Masai2.jpg

J’avais vu l’exposition des statues des guerriers africains de Ousmane Sow sur la passerelle des Arts à Paris (comme 3 millions de personnes) et j’avais été très impressionné par la puissance qu’elles dégageaient. Le côté primitif des guerriers est accentué par les  matériaux utilisés, essentiellement de la terre. Les muscles sont bien dessinés, les visages froids et redoutables. La statue  d’Angers fait partie de cette série de l’exposition de Paris et je l’ai retrouvée avec plaisir.

Chacun peut penser ce qu’il veut de cette statue placée là  au centre d’Angers et qui surprend. D’après  ce que j’ai compris il y a eu  pas mal de débats dans la ville. Mais  n’est-ce pas le propre de l’art que de nous donner à voir d’autres choses que de l’ordinaire,  de nous émouvoir, de nous surprendre.

Chacun peut y trouver d’ailleurs une évocation différente. Personnellement, je ne peux m’empêcher de penser que cette statue peut mettre dans l’ambiance toutes les populations qui prennent le train pour Paris pour aller se bagarrer dans le grand monde du Business (elle m'a motivé quelques matins avant des réunions délicates)…  Mais on peut y voir aussi un rappel de nos origines à tous dans la corne de l’Afrique. Et puis il y a cette histoire fascinante des Masaï qui boivent le sang de leur bétail pour se nourrir: est-cela qui a rendu ce guerrier si fort et redoutable?

 En tout cas, je la trouve belle cette statue, et puis franchement cela ne fait pas de mal à l’image d’Angers de sortir du très classique que l’on a partout et de surprendre le nouveau visiteur de la ville à son arrivée, juste un instant…  

Les commentaires sont fermés.