Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2012

Béhuard et Schokland

Poursuivant mon approche prudente des bords de la Loire, je suis allé faire le tour de l’île de Béhuard cet après-midi. C’est un long vaisseau de verdure au milieu du fleuve. Oui  en ce printemps, Béhuard est une grande harmonie de verts qui donne envie de brouter l’herbe fraîche.  Au centre de l'île, le village et au centre du village église construite sur un gros rocher sans lequel  c’est sûr, toute l’île  partirait  vers Nantes.

L’église gothique est toute rustique, elle est mélangée au rocher et à la verdure,  et on accède à la nef par des escaliers de contes de fées. Elle m’a fait penser à certaines chapelles bretonnes construites sur des rochers (Sainte-Barbe au Faouët ou le Huelgoat).

Il faut prendre le temps de faire le tour tranquillement de Béhuard pour  sentir la Loire, observer  les bancs compliqués, écouter tous les cris d’oiseaux qui se mélangent. Au bout de l’île à l’amont la vue était belle vers Bouchemaine, les nuages du ciel étaient comme un tableau de Ruysdaël et tout cela se reflétait tout mélangé aussi dans le fleuve. C’est là que j’ai pris conscience de la puissance cachée de ce fleuve d'apparence endormie: il y a un seuil qui dirige l’eau vers le bras le plus large mais une partie de l’eau passait quand même : une belle chute en fracas.

béhuard,schokland,ruysdael,loire

Il n’y a pas que le ciel de Ruysdaël qui m’a fait penser aux Pays-Bas : j’ai fait un parallèle avec l’île de Schokland dans l’ancien Zuiderzee. C’est un site qui est également référencé à l’Unesco. C’est aussi une île tout en longueur et très agricole. C’est aussi un endroit qui a souffert des crues, au point que les habitants ont été forcés vers 1850 de quitter définitivement l’île car ils n’arrivaient plus à défendre leurs digues contre les tempêtes. Enfin c’est aussi un site de nostalgie et de mémoire : s’il n’y a plus de bateliers sur la Loire pour faire escale à Behuard, Schokland n’est même plus une île : il n’y a plus d’eau autour, elle s’est retrouvée au milieu d’un polder asséché dans les années 50 et n'est plus avec son phare, qu'un drôle de témoignage marin perdu au milieu des terres  nouvelles. 

Mais Béhuard et bien plus belle que Schokland… et en plus il y a une bonne crêperie.

Les commentaires sont fermés.