Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2012

Communication justement...

Visiter le musée de la communication dans le joli château de Pignerolle à Saint-Barthélemy d’Anjou a été pourpignerolle,musée de la communication,musées,némo moi l’occasion de quelques réflexions sur ce qu’est un musée aujourd'hui.

Je suis à chaque fois impressionné de visiter les musées  conçus ces 20 dernières années, qu’il s’agisse de nouveaux musées ou de rénovation de musées existants dans le sillage du Louvre.  Il semble y avoir un travail remarquable entre des architectes, des décorateurs et les conservateurs dont j’aimerais bien comprendre les rouages. J’imagine  que le maitre d’ouvrage, le conservateur,  doit avoir une vision de ce qu’il veut atteindre dans la présentation de ses collection et doit être intransigeant avec les réalisateurs.  Il  doit aussi penser aussi aux  messages juste nécessaires pour situer les œuvres et renseigner les visiteurs quels qu’ils soient.

A Angers, le musée des Beaux-Arts ou la galerie David d’Angers sont de beaux exemples dont j’ai déjà parlé dans ce blog. Et les militaires dans leur musée du Génie ont fait aussi un très beau travail : on apprend plein de choses d’une manière plaisante dans ce musée qui a visiblement été conçu par des pros de la muséographie.  On a à la fois une vue d'ensemble du musée et on peut approfondir certains détails, revenir en arrière etc. 

Vous voyez où je veux en venir… A l'opposé de ces musées, j'ai vraiment senti que le musée de la Communication est le résultat de la passion d’un  d’amateur éclairé, Monsieur Guy Biraud, une présentation de beaux objets scientifiques chinés pendant toute une vie. Mais est-ce que cela fait un musée au sens moderne?

 Trop d’objets sont présentés dans les vitrines de ce musée, surtout dans la partie électricité et magnétisme du rez-de-chaussée. On s’y perd, il y a trop de petits cartouches avec trop de détails… Au musée des Beaux-Arts j’ai  appris qu’il y avait 10 000 œuvres dans les réserves, cela veut dire  qu’il ne faut pas mélanger conservation et présentation. Il y a bien un système audio dont les commentaires ont été conçus pour être plaisants, des scénettes, mais le circuit est imposé, on n'a pas de choix, et souvent on ne voit pas facilement les objets dont on parle.   Et puis l’électricité et le magnétisme,  ce sont des sujets pas trop faciles… en fait cela devient vraiment intéressant quand on fait des expériences comme au Palais de la Découverte à Paris. Je me souviens 40 ans plus tard des expériences d’électrostatique où les cheveux d’une fille se dressaient sur sa tête ou bien d’être allé dans une cage de Faraday et de m'être retrouvé entouré d’étincelles.    J’ai bien  vu sur le Site Internet du musée qu’il y a beaucoup d’activités pour les classes en semaine avec j'imagine de telles expériences. Cela doit être cela la vocation de ce musée, mais un samedi après-midi cela manque.  

Il y a deux  curieuses salles qui évoquent très bien le Nautilus du capitaine Némo de  Jules Verne . Cela vient un peu comme un cheveu sur la soupe dans ce musée mais c’est bien fait. Cela doit plaire aux enfants aussi, tout comme la partie finale sur la conquête de l’espace. En fait il faut vraiment visiter ce musée en groupe accompagné je pense, avec de préférence des enfants dans le groupe... Peut-être pourrait-on prévoir de tels visites aussi le week-end…

Les commentaires sont fermés.