Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2012

Les moulins à vent aux Pays-Bas et à Angers

Encore une petite coïncidence qui me permet de faire un lien entre la Hollande et la France…

Tout près de là où j’habitais à Rotterdam dans le quartier d’Hillegersberg, il y avait un moulin à vent, sur les bords de la rivière Rotte qui a donné son nom  à la ville. Rien de très original aux Pays-Bas, il y en a presque partout.

Mais  fait plus rare, il y a également  à côté de là où j’habite maintenant à Angers les restes d’un moulin : ce que j’ai cru quelques temps être les restes d’une muraille, au début de l’avenue Montaigne est  l’embase du  moulin Talbot.

La comparaison s’arrête là : à Rotterdam le moulin est entier, en excellent état. Il servait Rotterdam-Hillegersberg.jpgautrefois au drainage de l’eau, il pompait l’eau du fond du polder à -5 mètres sous le niveau de la mer  et la rejetait vers la Rotte qui se jette dans la Meuse puis la mer.    Il est habité par un  «molenaar » qui loue le moulin à une association propriétaire et qui a l’obligation de le faire marcher 800 heures par an. Je suis allé visiter le moulin lors de la fête des moulins et c’est impressionnant de voir tourner toute cette mécanique lorsque les voiles sont mises sur les ailes. Cela craque de partout comme sur navire en bois.

 

 

Moulin.jpgA Angers il ne reste plus que l’embase, le « mazéril ».  Le moulin était un moulin à farine je crois. Il était d’un type différent, un moulin à chandelier,  d’une construction du 16ème siècle alors que celui de Rotterdam date du 17ème. Tout le moulin pivotait pour se mettre dans le vent alors qu’à Rotterdam seul le toit qui supporte l’axe des ailes,  pivote.

Selon les archives de la ville, il y a avait des dizaines de moulins à Angers au début du 19ème siécle. L’invention de la machine à vapeur les a tous fait disparaître mais certaines embases sont restées car très massives pour permettre d’aller prendre le vent par-dessus les maisons. Ce rapprochement n’est donc pas si fortuit.   

 

Les commentaires sont fermés.