Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2012

Je suis presque Angevin (2)

 … J’ai acheté un appartement à Angers et vais bientôt y emménager, n’est-ce pas là la signature authentique  de mon contrat d’Angevin ?  Bien sûr j’ai encore comparé cette expérience d’achat immobilier avec celle que j’avais eue aux Pays-Bas, et franchement les Néerlandais  ont un système bien mieux organisé : beaucoup moins d’agences sur le marché et surtout toutes les agences mettent tous leurs biens dans une base de données unique avec plein de photos d’excellente qualité, l’adresse et le descriptif exact (l’agence passe un contrat d’exclusivité   avec  le vendeur et ne craint donc pas de se faire piquer le bien par une autre agence vendeuse).  On peut tout débroussailler sur Internet et ne visiter que quelques biens bien sélectionnés. C'est efficace, raide et plus transparent.  

Il y aura bien sûr beaucoup d’autres traits des Pays-Bas que je regretterai. Je ne vais pas vous les énumérer! Non je vais plutôt vous faire une courte liste de ce que j’ai été vraiment content de retrouver en France, afin de ne pas oublier tous les bons côtés du vivre ici et peut-être de vous en faire prendre conscience :

-         Un médecin qui prend le temps de vous examiner et de vous écouter (les consultations aux Pays-Bas sont standardisées à  10 minutes  et ce n’est vraiment pas long)

-         Les forêts, la nature en grand, les collines,

-         Les jardins publics bien entretenus avec leurs massifs de fleurs proprets. Et oui, il y a beaucoup d’espaces verts aux Pays-Bas mais moins soignés qu’ici et les fleurs il faut aller les voir dans les champs en Noord Holland juste au Printemps.

-         La pierre dans les constructions (la brique même très savamment utilisée  lasse vite…), le roc dans les soubassements

-         L’élégance des dames, les devantures des magasins, un souci général de bon goût.

-         La diversité des produits de bouche, les vitrines des traiteurs, les menus des restaurants (mais il ne faut pas exagérer, on trouve de bons produits aux Pays-Bas en cherchant un peu)

-         Les bonnes manières à la Française : tenir une porte pour laisser passer l'autre, ouvrir la porte d’une auto pour une dame. Si, si, je vous assure cela se sent par rapport à une certaine rugosité batave !

-         Le très ancien : le roman ; les restes gallo-romains, et les fonds d’histoires et de légendes qui remontent à ces temps-là.

-         Les traditions de la terre et de la vigne.  La visite d’une cave de Coteau du Layon et la dégustation…coteau du layon

 

 

 

 

28/05/2012

Je suis presque Angevin...

Voilà plus de 6 mois que je suis arrivé à Angers.  Ma découverte de la ville se fait moins systématique :  d’explorateur  je deviens maintenant habitant, insensiblement je vais moins l’observer avec mon regard neuf et plus comme un concitoyen installé comme les autres.  Il est  donc bientôt temps de mettre une conclusion  à ce blog.

Je pourrais lui changer de titre, par exemple le rebaptiser  « l’Angevin »,  et raconter ce que j’observe de l'évolution de la ville, faire du journalisme en quelque sorte.  Car la ville change. Depuis que je suis arrivé il y a eu par exemple l’ouverture de l’Atoll à Beaucouzé et le choix d’un nouvel aménagement pour les rives de Maine, il y aurait donc des choses à raconter.  Je pourrais aussi viser un an d’expérience et relater toutes ces animations qui semblent rythmer les mois d’été, un festival de théâtre ou les Accroche-cœurs dont on me dit le plus grand bien.  Je pourrais également aller plus dans le détail, ouvrir une nouvelle rubrique sur les maisons à pancs de bois ou encore les restaurants pour faire part de mes expériences gastronomiques …     mais tout cela serait autre chose que le projet initial, et  je ne me sens pas d’écrire comme un journaliste. Alors non,  je vais conclure ce blog dans deux ou trois notes, juste le temps de revenir sur cette expérience de six mois et de noter encore quelques impressions avant que tout cela ne disparaisse dans mes nouvelles habitudes.

Arriver dans une nouvelle ville, une nouvelle région mêle le grand plaisir de la découverte  et pas mal de stress : on a laissé ailleurs des amis, des habitudes, un rythme connu et l’on doit apprendre, trouver les choses et résoudre des problèmes pratiques.   Mis à part les premiers jours chaotiques de l’après-déménagement,  on trouve du temps pour se promener au début, on n’a pas encore d’amis  et peu d’obligations, les dimanches sont longs et propices à  le découverte.  J’ai trouvé beaucoup de plaisir à cette exploration  et beaucoup aussi à fixer cela dans ce blog : c’est un peu un hommage que j’ai rendu à la ville qui m’accueille et une manière de rencontrer, souvent anonymement,  des Angevins. C’est aussi je crois un processus personnel d’appropriation de cette nouvelle ville : j’ai fait avec plaisir des rapprochements  avec d’autre villes ou des régions que je connaissais.  Bordeaux, Aix-en-Provence, la Hollande, la Seine etc.  En y repensant c’était quelquefois  un peu tiré par les cheveux. Je serais arrivé de Tombouctou  que j’aurais également trouvé quelque  coïncidence car on en a besoin dans ces moments-là, cela rassure…

 

24/05/2012

Mon plan de la ville

Au cours des six mois de ma vie de nouvel Angevin, l’idée que je me suis fait de la géographie de la ville s’est bien sûr considérablement enrichie.  Pour ne pas  perdre totalement le souvenir de cette progression,  je résume les principales étapes  de mon plan mental de la ville.

Le premier jour il n’y avait qu’un quadrilatère : la Maine (que j’appelais le Maine), le boulevard Carnot, le boulevard Foch et le boulevard du Roy René. J’étais enchanté d’être arrivé si vite dans le centre jusqu’à un parking très pratique de la place de la Poissonnerie par la voie rapide. Cette voie des Berges (que je  critique maintenant…)  a été pendant au moins deux semaines  le seul chemin de sortie de la ville que j’ai utilisé.

Le deuxième jour j’ai acheté un plan et ai vu que la Loire passait au sud pas très loin… Je suis allé la voir le troisième jour… J’ai cherché à louer un appartement dans le Centre mais, conseillé par les agences j’ai un peu étendu cette idée du Centre en allant me promener dans le quartier de la Gare, place Lafayette, place du Lycée, au Jardin des Plantes et rue Beaurepaire dans la Doutre. Comme je ne me déplaçais qu’à pied, il m’a fallu plusieurs semaines pour découvrir que le quadrilatère des Boulevards était en fait un pentagone qui englobe également la Doutre en passant sur les ponts Haute et Basse Chaine.  

Après avoir emménagé j’ai repris ma reconnaissance de la ville. plan,pentagone,maine,autorouteLa recherche des grandes surfaces très nécessaires pour un emménagement a été l’occasion d’explorer les périphéries et de découvrir une nouvelle sortie vers l’autoroute très utile : ceci via l’A87 après le centre Commercial Anjou où j’avais trouvé le Casino… Il m’a fallu longtemps à l’inverse pour être capable de rentrer dans la ville par ce chemin-là. Je me suis perdu 3 ou 4 fois en essayant de prendre la sortie Angers-Sud alors que la sortie à prendre était Angers-Est…

La confusion vient de l’idée que je me faisais de la direction du Nord ! J’ai eu tendance pendant plusieurs mois à penser que le fameux quadrilatère de base était orienté Nord-Sud et Est-Ouest (un peu comme Manhattan ou Houston down town!) en me représentant la Maine coulant d’est en ouest (comme la Loire). Je mettais donc au Nord, la place de la Laiterie et plus loin Avrillé, et je plaçais l’espace Anjou au sud.  J’ai d'ailleurs toujours un doute quand j’essaye de situer le nord et je fais très attention de ne pas me tromper…  je sais que c’est un des angles du quadrilatère, pas un côté !

J’ai ensuite découvert les faubourgs à vélo. Je m’aperçois aujourd’hui que je n’utilise plus jamais mon plan pour le Centre, mais que je le regarde très souvent pour aller à la périphérie (à vélo). Pour la voiture, j’ai quelques itinéraires essentiellement pour sortir : j’ai vite compris que l’utilisation dans le Centre était inefficace. Le fait qu'il n'y ait pas de boulevard périphérique complet fait que la zone ouest de la périphérie reste en gris dans mon plan mental de la ville: j'ai un itinéraire pour rejoindre Bouchemaine en passant par Beaucouzé ou Saintes Gemmes sur Loire depuis les Ponts de Cé mais je ne saurait pas aller dans ces endroits plus directement!  

Voilà donc l’histoire de mon plan mental de la ville. Il ne devrait plus beaucoup évoluer, sauf s’il y a un contournement ouest un jour, mais alors là, on devra tous s’adapter.