Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2012

Le "quartier" Desjardins

Pour clôturer mon tour du nord-est de la ville et des tendances récentes de l’urbanisme, je suis revenu par le Quartier Desjardins. Comme de plus je me suis maintenant documenté en ayant visité la maison de quartier ainsi que recommandé par M. Dulong, je n’ignore plus rien de l’histoire récente (j'ai lu « 1960-2011 un demi-siècle dans notre quartier Saint-Serge, Ney, Challouère »).

« Quartier »  Desjardins donc, mais au sens militaire jusqu’en 1998 car le Génie s’y était  établi.  Joli quartier desjardins,urbanismed’habitations aujourd’hui à la place de caserne : il n’en reste plus que les belles grilles et  2  pavillons de part et d’autres (cela suffit bien comme souvenir de l’architecture militaire je trouve).  Derrière on trouve une agréable coulée verte bordée  de petits immeubles de part et d’autre. Les enfants des écoles ont été mis à contribution pour la signalétique du parc (on peut faire du vélo mais pas trop vite, il faut ramasser les crottes des chiens…).  Les immeubles ne sont pas élevés, 4 étages max, et  les voitures accèdent par derrière. Il y a des petites rues parallèles  de maisons à touche-touche avec chacune leur jardin. Le site de la mairie donne plus de détail sur ce projet (l'architecte  est Iga Dolowy, il y a  des ambitions en matière  de développement durable et de mixité sociale etc.). 

Sue ces peties rues, c'est plus dense mais on ne le sent pas trop et  ce n’est pas monotone comme dans les banlieues anglaises. En fait on se croirait  en Hollande où  ce genre d’urbanisme existe depuis les années 70 (sauf que les Hollandais  y mettent  en plus  de l’eau en général). J’y ai habité avec plaisir : on connaît bien ses voisins, il y a un vrai esprit de rue, c’est sécurisant.  C’est très vert mais  on n’a pas s’occuper du jardin car la plupart des espaces  sont gérés par la mairie.  

En France cela a mis plus longtemps à arriver, car, individualisme oblige le rêve  c’est d’avoir chacun son terrain et de choisir sa maison pour mettre au milieu. Je me rappelle avoir dû initialement ravaler ma fierté de n’avoir acheté à Rotterdam qu’une « tussenhuis », une « maison entre »  … dans une rangée.  Mais ce modèle français, ou pire américain,  coute cher et se traduit pas des banlieues interminables,  presqu’impossibles à desservir en transports en commun.

Alors s’il y a quelque chose qui a beaucoup changé et en en  bien  ces dernières années je trouve, c’est l’urbanisme, et ce quartier Desjardins  en est un bon exemple. Et cela a l'air d'être bien accepté par les Angevins.

23/02/2012

Monplaisir

En poursuivant vers le nord dans  la rue de la Chalouère,  on laisse passer  une ou 2  générations de constructeurs   pour arriver aux  urbanistes des années 60, avec le quartier Monplaisir.  Le site Internet de la Mairie dans sa  partie  « découvrir Angers »  (réalisée à partir des archives de la ville, c’est très intéressant, hyper-documenté  à tel point que je me demande pourquoi je tiens ce blog…)  nous apprend que ce quartier s’appelait initialement la ZUP nord...

Effectivement on a bien fait de lui trouver un autre nom, un peu plus vendeur,  comme pour la Roseraie l’autre quartier de la même époque réalisé au sud.  Mais au-delà de ce changement de nom, je me suis dit au cours de cette visite que peut-être,   avec leurs 50 ans d’âge, ces quartiers atteignaient une sorte de maturité plus sereine.

Monplaisir.jpgMais que d’émotions entre-temps :  ces quartiers sont nés avec le baby-boom, à une époque de  croissance à tout va de l’industrie qui exigeait de nouveaux bras.  On y utilisait de nouvelles techniques de construction rapide et de masse, triomphantes certes mais pas encore tout à fait éprouvées dans le temps. Il y eut ensuite la gueule de bois des années 80, après les chocs pétroliers, le début du chômage qui se concentrait là, le vieillissement déjà. Les révisions  drastiques : dans les années 90 on pensait qu’il faudrait raser tout cela, et on l’a fait par endroit (pas à Angers  je pense). Puis est venu la crise des 50 ans avec les révoltes des banlieues en 2007. Mais on a fait aussi  de nouveaux efforts pour ces banlieues, on a débloqué des budgets, employé de nouvelles techniques de rénovation

Alors, on pourra m'accuser de faire de la sociologie à la petite semaine après une visite d’une heure, mais ce que  j’ai vu de ce quartier n’a rien à voir avec les images des cités que j’avais dans la tête (issues des journaux télé sur TV5 vus des Pays-Bas). Les immeubles sont bien entretenus et repeints, les huisseries sont modernes,  il y a des espaces verts bien tenus, des pensées plantées comme partout ailleurs en février et qui vont bientôt fleurir. On voit  des enfants qui jouent dans les jardins, des parents qui prennent le soleil sur les bancs. La police est là, il y a  une mairie annexe, des équipements sportifs, une crèche Tout cela a l’air de marcher. Et la place de l’Europe est plutôt sympa, on a envie de s’arrêter boire une bière à une terrasse.  Alors bien sûr il y doit y avoir des bandes de jeunes, des dégradations le soir, il y a plus de saletés dans la rue qu’ailleurs à Angers, et surtout le chômage et la pauvreté doivent se concentrer dans ces quartier.  

Mais ce n'est pas la zone. C'est la ville, comme ailleurs.

 

21/02/2012

CABA: le bio des bobos

Après la place Ney, j’ai continué mon exploration vers le nord-est  en prenant la rue de la Chalouère à pied. C’est un quartier à découvrir tranquillement en  empruntant  les petites rues au hasard ou en se laissant guider…  par leurs noms.

La rue du Four à pain sur la gauche donne sur la rue des Fruits, puis on tombe sur la rue des Fleurs.  Ce sont des rues de petites maisons en crépit, d’entre les 2 guerres je pense, avec des jardinets. Ces maisons ont dû être construites pour les « victimes » de l’exode rurale  et franchement on ne les pas si mal traités. Il doit faire bon aux soirs de printemps à lire tranquillement sous un arbre dans son jardinet  en attendant l’heure de l’Angelus au clocher de Saint-Serge !

Sur la droite de la rue de la Chalouère, après le petit parc  Chalouère, on tombe sur le quartier des Démons : on se croirait dans la Ronde de Maurice Ravel : rues des Farfadets, des Feux Follets, des Korrigans et des Lutins… Il faut dire que ce quartier se situe curieusement au bord d’une falaise, si, si je vous assure , on y tombe presque au bout de l’impasse des Korrigans, et tous ces êtres maléfiques doivent se cacher par là pendant la journée….

N'allez pas au bois de Chalouère,
Jeunes filles, n'allez pas au bois:
Il y a plein de satyres, de centaures, de malins sorciers,
Des farfadets et des incubes,
Des ogres, des lutins,
Des faunes, des follets, des lamies,
Diables, diablots, diablotins.

En continuant la rue de la Chalouère je suis tombé sur le C.A.B.A et sur une autre espèce de djinns:  une coopérative bio pour les bobos verts, les castors poilus, les habitants de la deuxième ou la troisième génération d’après l’exode qui veulent retrouver un peu de l’épicerie d’autrefois, du temps  des vacances à la campagne.

C’est sympa comme style et légèrement décalé: il y a des militants anti-nucléaires à l’entrée, des panneauxd’annonces gratuites où on vous propose d’échanger un jeu de couches lavables contre 3 heures de jardinage. Les employés sont plus cools que dans les hypers, les légumes plus palôts et tuberculeux mais garantis sans pesticides, il y a des vrais odeurs, pas juste des parfums car il y a des produits en vrac.

CABA,Ney,Chalouere,RavelGroene Passage

 

 

 

 

 

 

 

Rien de différent d’avec les Pays-Bas en fait  (au contraire les Néerlandais sont très branchés verts, il sont pour le « Milieu » comme ils disent, il faut dire qu'ils n'ont pas beaucoup de nature autour d'eux). Il y a dans le centre de Rotterdam un vrai centre commercial vert « De Groene Passage » que je vous invite à aller à visiter si vous passez par là: il y a un  supermarché comme le CABA mais plus grand, et une librairie très zen, un restaurant bio, un boucher qui garantit que ses animaux n’ont pas souffert, des centre de massage etc.

 http://www.degroenepassage.nl/home.php

Je crois que l’on ne fait que commencer dans ce registre…