Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

La fontaine du dialogue

C’est une petite fontaine placée à un carrefour compliqué de 6 rues piétonnes, la petite place Romain. La statue au-dessus de la fontaine est signée Busato.  Elle représente 2 personnages en toques, sans doute  des lettrés d’une lointaine époque  en train de discuter.  Ils ont tous les 2 les mains ouvertes comme pour souligner l’évidence de leurs arguments, mais je ne suis pas sûr qu’ils  s’écoutent beaucoup l’un l’autre. Ils sont dans le vent, leur manteaux volent  au courant d’air venant de la rue Saint-Laud.

 

fontaine du dialogue,la civette,busato

 

Aux beaux jours on pourra s’assoir au bord de la fontaine et participer au dialogue en compagnie de bien d’autres qui viendront des autres rues.  Il y  a aussi des salamandres sur la fontaine qui doivent bien aimer paresser  au soleil.

Mais en ces temps d’hiver, le dialogue on peut le trouver au café la Civette sur la même place. C’est un café de quartier sympa, avec une population mélangée d’étudiants, de travailleurs, de promeneurs venant des 6 rues et passant là en bonne harmonie quelques instants au chaud.

04/02/2012

Les portes de la rue du Canal

La rue du Canal est un peu en dehors du secteur  très ancien du centre que l’on parcourt en tous sens quand on arrive et que l’on fréquente les agences immobilières.  Car elle est située au-delà de la rue du Mail : il me semblait qu’il n’y avait pas grand-chose d’intéressant par là… Je n’y suis allé qu’au deuxième mois de ma découverte Angevine (comme dans les petites rues de la Doutre).

Rue du Canal.jpg

Et pourtant elle offre dans sa partie haute (entre les rues du Cornet et Saint Etienne)  un des plus jolis coups d’œil.  Il y a 2 balcons pour  Juliettes au numéro 21…

Et aussi une suite de très belles  et mystérieuse portes qui font rêver…

Qu’y a-t-il derrière 

-          la porte du n°18 curieusement en angle 

-          celle du n°21, porche très élevé 

-          celle du n° 19, en tuffeau à taille diamants 

-          celle du n°15  porche aussi bas que le 21 est élevé ?

Sans doute une belle Angevine derrière chacune d'elle...

 

28/01/2012

La place Saint-Eloi

 

Pourquoi ai-je donc l’impression que la place Saint-Eloi est une scène de théâtre ?

Entrer des mots clefsPlace Saint-Eloi,musée des Beaux-ArtsBien sûr il y a ce masque au milieu de la place et ces quelques blocs de pierre autour disposés comme sur un tableau de Chirico,  qui donnent à penser que l’on est dans un lieu de spectacle. Mais il y a bien plus que cela en y réfléchissant, ce masque n’a pas été placé là par hasard.

C’est un espace clos à l’œil, les entrées et les sorties se font par des passages étroits qui ne donnent  pas d’échappée, on ne voit pas les voitures des rue voisines.  Pour moi  le côté cour est vers la rue des Lices. Et en regardant du  côté jardin,  en direction du  musée David d’Angers donc,  on  est à l’opéra : le petit passage par-dessus la rue est italien, vous ne trouvez pas?  Rigoletto doit passer par là quand il sort le soir du palais du duc de Mantoue. 

La cour du musée des Beaux-Arts est comme l'entrée d'un palais. Les bâtiments autour sont aussi tous beaux, très  clairs, mais presque apprêtés. Cela  sent la rénovation récente et la volonté de faire quelque chose en unité; on a rajouté des fausses fenêtres pour la symétrie sur  l'un d'eux. Les architectes nous ont placé sur cette du  «mobilier urbain» : des lampadaires pas vraiment discrets, des banc et une rangée d’énormes pots de fleurs blancs plantés d’arbustes. Cela aussi est du décor. Et le pavage accentue la perspective, comme sur une scène très profonde pour un ballet.

Alors c’est vrai on peut s’assoir sur un de ces bancs de pierre design et observer le spectacle : les touristes qui se font photographier devant le masque, les étudiants qui viennent pique-niquer au soleil ou des figurants pressés qui passent directement du côté cour au côté jardin.   Mais point trop n’en faut/ Si riche qu'il soit de son passé, un centre-ville doit rester vivant, il ne faut pas le figer dans une idée…