Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2012

ARTAQ change la ville

La ville est transformée ce week-end par ARTAQ, le festival des arts urbains et le beau temps d'aujourd'hui a contribué au succès de cet évènement. J’ai beaucoup aimé l’ambiance très cool de ce samedi  après-midi.  Il faut dire qu’il y avait aussi une manif gay en centre-ville pour le droit au mariage ("le changement c’est maintenant !") qui était aussi assez créative. Il régnait en fin d’après-midi  sur le jardin au pied de la Cité, une ambiance bon enfant  qui m’a rappelé les fêtes néerlandaises de la Gay Pride (avec moins de provocation, c’était très sage ici). Tout cela  nous change  pas mal  des samedis shopping, et cela fait du bien une fois de temps en temps.   

Chacun trouve ce qu’il veut dans ARTAQ. Il y a des expositions où les (ex-) arts de la rue sont embourgeoisés, sont encadrés et cotés c’est sûr. Mais il y a aussi les « performances » et le KNIT Graffiti au Jardin du Mail est incontestablement un grand succès dans le genre: c’est sympa, surprenant,  c’est local… et les lions du Mail   n’ont jamais été aussi beaux.

J’ai bien aimé aussi aller dans la Doutre à l’Abbaye de Ronceray  dans laquelle j’ai pu ainsi rentrer pour la première fois. La nef de l’abbatiale est un endroit remarquable pour les expositions  avec une belle lumière indirecte. La voute en plein cintre est superbe avec de beaux chapiteaux colorés et de curieux collatéraux en hauteur.

Il y a un très beau graff dans le cloître. Un métro et un TGV sortent de dessous les arcades comme d’un tunnel …

ARTAQ,Ronceray

On peut aussi à cet occasion  aller jeter un coup d’œil aussi  au transept de l'abbatiale en cours de réfection (mais assez abîmé).  Il me semble que l’on devrait trouver un projet pour cette abbaye de Ronceray  afin de la faire visiter plus souvent et complètement  (je n’ai pas vu encore la crypte). On pourrait peut-être utiliser ce bel  espace de la nef et le cloitre pour de grandes expositions d’art contemporain, non ?

 En tout cas ARTAQ qui offre cette possibilité d'un regard différent sur la ville et brasse joyeusement les populations est incontestablement une réussite. 

 

09/05/2012

Aqua Familia

La fontaine Aqua Familia est placée au bout de la longue perspective Boulevard du Roi René,  pont de la Basse Chaîne, boulevard Foulque-Nerra, au croisement avec l’avenue Yolande d’Aragon… que de jolis noms du moyen-âge ! 

Dans mon plan mental de la ville, elle me semble aussi en diagonale par rapport au grand bassin du Mail et placée là pour en être le pendant, d’ailleurs elle célèbre aussi l’eau (et la famille).

aqua familia,tempereau

Mais conçue  150 ans plus tard pour orner le  quartier  moderne du Front de Maine,  elle est forcément   d’un style assez différent !  Alors que l'eau du Mail crachée par quelques grenouilles arrose d'élégantes  divinités antiques, cette fontaine Aqua Familia est conçue autour de quatre statues rondelettes et dorées (le père, la mère et les deux enfants de la famille moderne je suppose) qui tournent sur elles-mêmes par réaction des jets d’eau placés au bout de leurs bras (comme les tourniquets d’un système d’arrosage). Une statue fixe est placée au milieu et se présente comme un grand cornet de glace. J'imagine qu'elle  représente les vertus de l’eau car elle arrose tout ce petit monde, comme le pommeau d'une grande douche commune. Des jets d’eau tout autour émergent par alternance.

L’ensemble est plein de couleurs bleu,  or et d’embruns et est assez plaisant par tout ce gai mouvement. Moins distingué donc que la fontaine du Mail mais plutôt rigolo. Cela doit plaire aux enfants...

Cette fontaine a été conçue par  Jacques Tempereau, sculpteur de la région né en 1945 et décédé en 2006. Ce que l’on voit de son œuvre sur son site Internet est également fait sur des formes simples et des couleurs franches.   

 http://www.tempereau.fr/francais/cadre02.htm

    

06/05/2012

Le lys dans la vallée du Brionneau!

Ma première promenade cet hiver dans le parc Balzac m’avait déçu. J’avais trouvé ce parc très plat, les arbres et les végétations encore bien jeunes et rabougries. J’avais senti aussi la rumeur de l’autoroute partout trop présente.  Pour tout dire la promenade avait été un peu ennuyeuse.  Je m’étais enfin même perdu dans un no man’s land boueux sous l’autoroute en essayant de rejoindre de l’autre côté la maison de la Nature et de l’Environnement… Bref, dans un esprit positif, j’avais décidé de ne rien poster dans  ce blog en attendant le printemps !  Il n’y avait que la vue sur la Maine et la ville  qui m’avait plu, mais elle m’incitait à poursuivre vers l’aval et jusqu’à Bouchemaine,  pas à m’arrêter dans le parc.

Je suis retourné par là hier et ai quelque peu changé mes vues.

La promenade Yolande d’Aragon, en plus d’avoir un joli nom est vraiment un très bel endroit. L’immense  vue sur la Maine le château et la ville,  et aussi la perspective sur le nouveau quartier du Front de Maine me la font rajouter d’ailleurs dans la liste des 10 jolies perspectives (j'en suis à 8).     

Mais je suis descendu ensuite de la berge pour retourner dans le parc. C'est un peu comme lorsque je descendai de la digue hollandaise pour aller marcher dans le polder. Et je dois dire que la promenade fut bien plus agréable car les desseins des concepteurs, reproduire des paysages typiques de la région, par exemple des prairies inondables, des marais,  prennent en ce moment tous leur sens. Il y a de l’eau partout mais on peut passer sur les chemins. Balzac.jpg

Les arbres ont davantage de caractère qu’en hiver et atténuent un peu mieux le bruit de l’autoroute, on entend au contraire les cris des oiseaux et le son des cloches des églises d’Angers comme si on était à la campagne.  Les végétations des terres inondées prennent de plus un petit côté mangrove assez réussi. Je me suis donc réconcilié avec le parc Balzac, mais il n'en reste pas moins qu'il y a assez peu de monde à le fréquenter.    

Quant au Brionneau que j’avais déjà rencontré dans ma promenade à l’étang Saint-Nicolas, je l’ai retrouvé ici et jusqu’à sa confluence  dans la Maine ! Sa vallée est ici modeste mais il aura l’honneur de faire le titre de cet article.