Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2012

Angers et Bordeaux

La taille des deux villes n’est bien sûr pas la même  mais je trouve souvent des similitudes entre Angers et GrandTheatre Bordeaux.jpgBordeaux.  Je me suis fait encore cette réflexion dimanche dernier en allant au Grand Théâtre d’Angers assister à l’opéra "Orphée et Eurydice" de Gluck. Le Grand Théâtre de Bordeaux est certes de l'époque classique et objectivement   Victor Louis a réalisé une bien plus belle colonnade pour se façade que ce qu’a fait Monsieur Botrel pour le Grand Théâtre d’Angers. Celui -ci  est plus proche comme style de l’Opéra de Paris (et ceci n’est pas vraiment un compliment de ma part).

Grand Theatre.jpgMais dans les deux villes, il y a ce «Grand Théâtre »  et visiblement une volonté d’avoir  une saison musicale qui tient la route.  Pour ces évênements mondains, il y a aussi un public attitré, un peu bourgeois et grisonnant dans les deux villes… mais s'y joignent  aussi quelques jeunes têtes, les jeunes gens du Conservatoire sans doute.  Pour l'opéra de Gluck, les 3 chanteuses  étaient de qualité, la mise en scène épurée et élégante, peu de décor,  juste de beaux éclairages, l’orchestre était impeccable, en fait ces productions n’ont pas ce petit côté ringard et « cheap » qu’il y avait autrefois dans les opéras montés en  province.   Vraiment rien à dire…  je vous recommande Orphée et Euridyce et je retournerai au Grand Théâtre (...je vais c'est sûr devenir abonné et ne détonnerai pas parmi les bourgeois grisonnants...).

D’autres simlilitudes entre les deux villes : la rue d’Alsace ressemble au cours de l’Intendance en plus court, une grande percée  Hausmanienne dans un fond de ville très ancien, les quartiers XIXème avec des alignements de maisons  bourgeoises un peu austères sur la rue mais avec des jardins cachés (quelle différence y-a t’il entre la rue Saint Genès et la rue des Arènes ?), l’université des années 60 ou 70 excentrée  et  construite  comme un petit Brasilia, le tram qui vient d’arriver, la difficulté avec le fleuve (Bordeaux a une longueur d’avance…).

Peut-être cette proximité vient-elle du style très classique des deux  villes, d’une culture de la terre plutôt qu’industrielle, d'une nostalgie de port, d’une bourgeoisie bien installée, de l'empreinte du religieux ou même de  la lointaine influence anglaise…  allez savoir.

Une différence quand même outre la taille, il y a bien plus de verdure à Angers: pas  d'équivalent de l'étang Saint-Nicolas ou de l' Ile Saint-Aubin aux portes de Bordeaux, il faut aller loin pour respirer... et on trouve alors surtout des pins!

 

26/01/2012

Le Bon Roi René vu d'Aix et d'Angers

Comme à Aix-en-Provence, j'ai trouvé à Angers le boulevard du Roi René, l’hôtel du Roy René (moins luxueux...), la statue du roi René. Il ne manque que  les calissons du Roi René mais peut-être ai-je loupé une roi-rene à Angers.jpgconfiserie Angevine (au Cointreau?).

Comme à Aix, le roi René a comblé la ville de bienfaits…

On me dit que c’est le même. Je n’en suis pas si sûr, au vu de sa  représentation dans les 2 villes.

Je m'explique:

La statue du Roi René à Angers, le représente jeune dans une  tenue moyenageuse trè  seyante. Il a un port de tête altier, encore surligné par sa petite couronne (genre de la galette du 6 Janvier). Il a un long cou, les épaules basses et la taille fine. Il portez une courte tunique laissant voir les cuisses et des mollets assez fins. Je laisserai les dames commenter la partie postérieure. Bref on dirait Ivanhoé   de la série télévisée de mon enfance. Avec sa coupe de cheveux, il ressemble aussi un peu à Jeanne d’Arc qu’il a cotoyée selon Wikipedia.

 Mais à Aix, il est représenté dans la cathédrale sur un triptyque comme suit.

Roi René à Aix.jpg

 

 

 

Alors non, vous n’allez pas me faire croire que c'est le même...

20/01/2012

Les voeux d'un maire partant

Je suis allé mercredi  soir à la cérémonie des vœux du Maire d’Angers pour mon quartier du Centre-Ville. Je n’imaginais pas que c’était là ma première et dernière rencontre avec M. Antonini maire d'Angers !  

J’avais reçu une invitation dans ma boite aux lettres comme tous les Angevins j’imagine. Tiens mais j’y pense, je n’avais  jamais reçu d’invitation des bourgmestres d’Amsterdam ou de Rotterdam pour les 10 nouvelles années que j’ai fêtées aux Pays-Bas. Bon c’est vrai,  il n’y a pas de galette des Rois là-bas, ni de bon vin pétillant, mais ils pourraient servir des biscuits Speculos et un peu de genièvre… Un bon point donc pour la Marie d’utiliser cette occasion pour un peu de convivialité avec les administrés.

De la  convivialité et de la proximité avec nos élus, on n’en a pas manqué ce soir-là. Le lieu choisi était Antonini.jpgsuperbe, le magnifique hall vouté du musée des Beaux-Arts, mais il  était manifestement trop petit pour l’assistance… et on n’avait pas prévu d’estrade pour Monsieur le Maire et son adjointe pour le quartier. Ils étaient donc on ne peut plus proches de leurs administrés. Curieux non,  de la part des services municipaux de se louper sur des points aussi élémentaires ! Mais bon, il y avait une bonne sono, on entendait bien  et tout le monde a pris cela avec humour (si cela s’était passé avec Sarko à Neuilly du temps  où il était maire, tout le monde aurait déjà été viré… là c'est le Maire qui part mais il doit avoir une autre raison!).

Je ne vais pas résumer le discours de Monsieur Antonini de ce soir-là dans ce blog, ce n’est pas l’objet.  Je vais juste chercher ce qui dans son discours laissait présager de sa décision de se retirer annoncée le lendemain : en y repensant, il défendait un bilan (finances saines, des projets exécutés qui placent la ville sur de bons rails, même en période de crise comme actuellement) et présentait une vision, des projets pour le futur  qu’il disait  laisser  à d’autres le soin d’exécuter  (2ème ligne de tram à terme, Rives Nouvelles ). C'est vrai il était en train de tourner une page. Il a eu des accents de conviction et même d’émotion à la fin de son discours lorsqu’il a enjoint ses administrés à ne pas céder à la démoralisation ambiante, à l’impression que tout s’effondre. Peut-être a t'il un scrupule d'abandonner le navire à un moment critique?  Une décision pas facile sans doute. Pourtant il avait de l’énergie dans ce qu'il a dit. Mais alors pourquoi part-il au fait?  Un mystère pour moi le Nouvel Angevin quant au fonctionnement de la politique municipale...