Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2012

La place Saint-Eloi

 

Pourquoi ai-je donc l’impression que la place Saint-Eloi est une scène de théâtre ?

Entrer des mots clefsPlace Saint-Eloi,musée des Beaux-ArtsBien sûr il y a ce masque au milieu de la place et ces quelques blocs de pierre autour disposés comme sur un tableau de Chirico,  qui donnent à penser que l’on est dans un lieu de spectacle. Mais il y a bien plus que cela en y réfléchissant, ce masque n’a pas été placé là par hasard.

C’est un espace clos à l’œil, les entrées et les sorties se font par des passages étroits qui ne donnent  pas d’échappée, on ne voit pas les voitures des rue voisines.  Pour moi  le côté cour est vers la rue des Lices. Et en regardant du  côté jardin,  en direction du  musée David d’Angers donc,  on  est à l’opéra : le petit passage par-dessus la rue est italien, vous ne trouvez pas?  Rigoletto doit passer par là quand il sort le soir du palais du duc de Mantoue. 

La cour du musée des Beaux-Arts est comme l'entrée d'un palais. Les bâtiments autour sont aussi tous beaux, très  clairs, mais presque apprêtés. Cela  sent la rénovation récente et la volonté de faire quelque chose en unité; on a rajouté des fausses fenêtres pour la symétrie sur  l'un d'eux. Les architectes nous ont placé sur cette du  «mobilier urbain» : des lampadaires pas vraiment discrets, des banc et une rangée d’énormes pots de fleurs blancs plantés d’arbustes. Cela aussi est du décor. Et le pavage accentue la perspective, comme sur une scène très profonde pour un ballet.

Alors c’est vrai on peut s’assoir sur un de ces bancs de pierre design et observer le spectacle : les touristes qui se font photographier devant le masque, les étudiants qui viennent pique-niquer au soleil ou des figurants pressés qui passent directement du côté cour au côté jardin.   Mais point trop n’en faut/ Si riche qu'il soit de son passé, un centre-ville doit rester vivant, il ne faut pas le figer dans une idée…   

 

  

 

11/01/2012

Visite au Musée des Beaux-Arts

Que dire d’un tel musée en un court article de Blog? Il me faudra des heures et des heures pour bien le connaître, et il m’en faudrait bien plus encore pour  honnêtement décrire ce que j’ai aimé en ce lieu.

Alors, tenons en nous à quelques impressions d’une première visite, juste pour ne pas oublier.

Les bâtiments sont magnifiques vus de l’extérieur, mais on les oublie vite de l’intérieur, il y a peu de salles où l’on regarde les murs avant de regarder les toiles, car il ne reste pas grand-chose du passé. Cela n’est pas si mal donc d’être allé y mettre un musée (je n’ose penser que cela pourrait être l’inverse, que c’est parce que c’est devenu un musée que l’on a fait disparaître le passé...).

La rénovation des années 2000 résulte en un bel agencement : une entrée somptueuse, donnant d’un côté sur la place Saint-Eloi et de l’autre sur la terrasse qui domine le jardin. Dommage qu’on profite pas plus de la cour du logis Barrault : on pourrait y mettre au milieu,  en pendant de l’arbre de Niki de Saint-Phalle,  une belle statue de Giacometti, et donner accès aux visiteurs!

musée des beaux-arts,angers,ingres,lippi,jordaensL’organisation est très pro : on ne se perd pas alors que l’espace n’est pas si simple (bâtiment en S, 3 niveaux) , le plan guide  et l’audio-guide sont impeccables; on nous emmène insensiblement vers une sélection d’œuvres qui sont bien mises en valeurs et dont on se souviendra même après une seule visite (l’autoportrait de Jordaens, l’allégorie de la simulation de Lippi, Paolo et Francesca d’Ingres ou le portrait de Mademoiselle Leroux par JJ.Henner). Il y a un pays et une époque par salle et des petites fiches  très didactiques. On a vraiment l’impression de bien survoler la peinture européenne en une visite de 2 heures même si, j’imagine, tous les courants ne sont pas représentés par des œuvres majeures.

 

Le survol s’arrête cependant fin XIXème, il y a peu d’impressionnistes, pas de cubistes, de fauves ni  de surréalistes. A noter cependant l’art contemporain représenté par des artistes du cru. J’ai bien aimé les ardoises de Daniel Tremblay.

Le personnel est discret et aimable! Je reviendrai souvent. Tiens au fait, peut-on s’abonner ?